Fin de vie et deuil

Laisser le temps faire son œuvre

Faire son deuil est quelque chose de très personnel. Il n’y a pas de schéma ou de règles à suivre. Chacun le vit à sa manière. La disparition d’un proche provoque des émotions multiples, avec un passage incessant de l’une à l’autre. L’on se sent comme aspiré dans un tourbillon. Il n’y a pas lieu d’avoir honte de ses sentiments. Le travail de deuil est un processus naturel. Le refouler, refuser d’écouter ce que l’on ressent, peut même rendre malade. Il est donc important de pouvoir accepter l’aide des autres, qu’il s’agisse d’amis, de la famille ou encore de spécialistes ou de permanences professionnelles. Avant tout, il faut du temps pour surmonter la perte d’un être cher. Pour qu’un jour, il reste l’essentiel: le souvenir.

Questions

Témoignages

Portraits de proches aidants

La complexité de la situation des proches aidants est souvent sous-estimée, par les personnes concernées comme par le grand public. Souvent, ce qui commence comme un coup de main ponctuel se mue en une tâche dont l’ampleur et la diversité dépassent ce qu’on imaginait.